Les chèques cadeaux sont arrivés !

Pour Commander : Contacter votre sophrologue par mail en remplissant le formulaire.

chèque cadeau SPECIMEN

Vous avez un(e) proche qui se sent stressé, qui aurait besoin de dire STOP à ce rythme effréné que le monde d’aujourd’hui lui impose, ou qui semble ne pas prendre suffisamment de temps pour lui/elle  : N’hésitez pas à lui offrir un chèque cadeau pour une ou plusieurs séance(s) de sophrologie avec votre Sophrologue Sylvie Montagnon .

CONDITIONS ET TARIFS :

  • Pour les personnes n’étant jamais venues en séance : Le premier chèque cadeau comprend : *un entretien  préalable (1h30) et *séance(s) de sophrologie (1h) – TARIF : 100€

Puis les séances suivantes : 50€ / séance 1h

      Exemple : Si vous désirez offrir 4 séances à une personne qui n’est jamais venue, comptez 100 € pour la première séance, puis 50€ x 3 = 150€ , TOTAL = 250 €

  • Pour les personnes étant déjà venues en séance : tous les chèques ont le même tarif : 50€/ séance 1h ( il n’y a pas de séance préliminaire puisqu’elle a déjà été faite).

____________

Les chèques cadeaux ont une validité d’un an.  Possibilité de payer en plusieurs fois.

Remboursement possible sur présentation d’un certificat médical.

Pour Commander : Contacter votre sophrologue par mail en remplissant le formulaire.

Séance de découverte gratuite

Venez découvrir la Sophrologie gratuitement dans une ambiance zen et en petit groupe !!

le lundi 28 septembre à 17h au cabinet

et

le mardi 29 septembre à 12h15 au cabinet

lyingdown 1

Inscription ici

Fertilité : la sophrologie pour accompagner les FIV

Fertilite-la-sophrologie-pour-accompagner-la-FIV_exact441x300Se lancer dans le long protocole d’une fécondation in vitro est souvent éprouvant. La sophrologie peut être une aide pour appréhender avec plus de confiance ce parcours difficile vers la maternité. Le point avec une sophrologue spécialisée en périnatalité.

FIV : Les chances de réussites

Pour tous les couples qui se lancent dans un protocole de fécondation in vitro (FIV), l’aventure est loin d’être sereine. Les femmes savent en effet que les chances de réussite sont variables et qu’elles diminuent rapidement avec l’âge puisque le taux de réussite passe de 12% à 38 ans, à 9% à 40 ans et à 6% à 42 ans.

Selon les chiffres du Bulletin épidémiologique hebdomadaire, sur 100 couples qui débutent une Fiv, 41 auront un enfant grâce à la FIV (mais pas forcément la première), 29 en auront un soit par le biais de l’adoption, soit avec un autre traitement (soit naturellement) et 30 couples n’auront pas d’enfants. Des chiffres loin de remonter le moral de femmes qui sont déjà passées de cabinet de gynécologue en consultation spécialisée et qui se retrouvent quasi à bout de souffle lorsqu’elles se lancent dans une FIV.

FIV : la sophrologie pour optimiser les chances de réussite

Les étapes de la FIV sont souvent génératrices d’angoisse et des tensions : l’inhibition ovarienne (du 2e au 20 e jour du cycle), suivie de la stimulation ovarienne (pour obtenir la maturation du plus grand nombre de follicules), la ponction de ces follicules et le transfert de l’embryon sont souvent vécus comme les 36 jours les plus longs de la vie des femmes. Ils sont ensuite suivies d’une période d’attente des résultats qui peut aller jusqu’à 7 semaines. « Une période d’attente au cours de laquelle tout peut basculer » ajoute Aurélie Hervalet, sophrologue spécialisée en périnatalité, qui accompagne les femmes en parcours de Fiv.

« Alors qu’un corps détendu et un moral fort permettent d’optimiser les chances de réussite d’une fécondation in vitro, les femmes qui se lancent dans une Fiv se retrouvent souvent seules, perdues dans un protocole de soins rigoureux qui laisse peu de place au côté humain. A ce moment là de leur vie de femme, elles ont besoin d’accompagnement. Mais à part les forums, elles ne savent où se tourner » explique Aurélie Hervalet.

FIV : une séance de sophrologie adaptée à chaque étape

Si les hormones et le transfert d’embryon sont les maillons indispensables d’un parcours de procréation médicalement assistée, les exercices de relaxation, de respiration et de visualisation mentale sont le « petit plus » qui permet de surmonter les difficultés de ce parcours.
« Les techniques de sophrologie ont été adaptées aux différentes étapes de la Fiv et permettent, à chaque séance, de renforcer la confiance que les femmes ont en elles et dans leur corps afin qu’elles soient le plus réceptives possibles lors du transfert d’embryons. » insiste la sophrologue.

Chaque séance dure une heure, le plus souvent à domicile afin que la femme soit dans un environnement qu’elle a voulu chaleureux et accueillant. Après le transfert d’embryon , pendant la période d’attente, la sophrologie permet de vider les angoisses et d’attendre les résultats avec confiance, en imaginant déjà l’arrivée du futur bébé.
Pour l’instant, seules quelques sophrologues se spécialisent en périnatalité. Mais certains centres de PMA (et notamment celui de clinique des Bluets, à Paris) commencent à envisager un accompagnement des parcours FIV par la sophrologie, comme il y a déjà un accompagnement par une psychologue.

Par  Avec la collaboration de Aurélie Hervalet, sophrologue à Paris.

Source

Comment la sophrologie peut vous aider à gérer votre colère

Froncements de sourcils, rougeurs, tensions dans les mâchoires, regards par en dessous, et parfois tremblements : tel est le visage de la colère. La colère est une émotion ambiguë : elle manifeste à la fois une certaine force physique prête à s’exprimer avec violence, et la faiblesse psychologique de celui qui cède à une sorte d’impulsion apparemment incontrôlable. Aussi juste soit-elle, la colère doit pourtant être maîtrisée ; mais cela ne signifie pas qu’il faut la faire taire. Le risque qu’on encourt à ne pas exprimer ses émotions est qu’elles nous rongent. Comment faire ? La sophrologie peut nous apporter quelques pistes pour gérer nos colères, et améliorer ainsi nos rapports à nous-mêmes et aux autres.

Bonne et mauvaise colère

La colère est une vive émotion causée par une blessure psychologique qui nous trouble, et qui se traduit par une violente réaction physique et psychique. Nous sommes tous sujets, à un moment ou à un autre, à la colère. Elle est le moyen par lequel nous exprimons notre désaccord, nos refus, nos indignations, mais elle peut parfois nous mettre « hors de nous », et nous pousser ainsi à des comportements et des attitudes que l’on regrette très vite, parce que l’on s’y reconnaît à peine. Comment faire pour préserver notre justesse vis-à-vis de la douleur et de l’agacement que nous ressentons, et vis-à-vis de notre entourage qui mérite dialogue et respect.

La colère est au nombre des sept « péchés capitaux » bibliques : la tradition nous indique donc que c’est un de nos comportements les plus condamnables. Et en effet, bien de nos emportements, de nos gestes et de nos paroles dictés sous le coup de la colère sont répréhensibles. Ce sont ces emportements, ceux que l’on ne maîtrise pas et qui s’expriment dans la violence, qu’il faut absolument contrôler : la sophrologie, en nous apportant le calme et l’adéquation spirituelle qui nous manque parfois, nous donne les moyens de ce contrôle.

Cependant, la colère, parce qu’elle nous enflamme et nous donne parfois aussi le courage de nous lever pour défendre ce qui nous tient à cœur, n’est pas toujours à proscrire. La colère peut être saine et juste : « indignez-vous ! » nous disait-on… De ce point de vue, c’est une de nos émotions irremplaçables, qu’il ne faut pas tenter d’éliminer à tout prix. Seulement, elle ne peut pas être le guide de nos actions.

Pour une maîtrise de la colère

La répression pure et simple de la colère serait donc nuisible, simplement parce qu’il y a des colères justes parmi toutes nos colères, parce qu’il y a des colères qui fondent notre identité, nos combats et nos espoirs. Mais aussi parce qu’une colère non exprimée est une colère qui nous ronge : insomnies, maux d’estomac, absence de concentration, les symptômes physiques et psychologiques sont nombreux. Une colère non exprimée peut en outre être une colère qui se démultiplie, nous faisant ainsi courir le risque d’une réaction plus violente encore, à moyen ou à long terme. En venir aux mains ou aux insultes est le point de non-retour qu’on ne peut pas se permettre d’atteindre, ni dans nos relations affectives avec nos proches, ni dans nos relations professionnelles. Il faut donc trouver les moyens d’évacuer, de se libérer de sa colère.

Au quotidien, la sophrologie permet précisément à chacun de maîtriser et d’exprimer sa colère dans sa justesse. Des exercices simples de respiration permettent ainsi de libérer cette force qui nous étrangle. Le travail du souffle est essentiel : il est l’outil qui permet de canaliser nos énergies, et de les matérialiser avec force et calme. On peut par exemple s’installer bien en appui sur ses jambes et accompagner de tout son corps la tension vers l’extérieur, dans une expiration prononcée. Les exercices peuvent varier, et doivent être répéter régulièrement : la colère est un comportement qu’il faut apprivoiser dans la durée. À partir de ce travail corporel, le dialogue pourra être réengagé : la sophrologie aura permis aux mots de reprendre le dessus, par-delà les cris.

Catherine Aliotta Headshot

La Sophrologie et les Enfants

Psychopraticienne en Relation d'Aide - Lisette Karachalios

FreudeLes enfants adhèrent très facilement aux techniques de sophrologie et progressent très rapidement. La sophrologie donne à un enfant les moyens d’être plus attentif.

Le sophrologue s’adapte de façon ludique aux enfants pour les aider à développer leur équilibre,
développer toutes leurs capacités, et prendre confiance en eux.
Les techniques de sophrologie sont également très efficaces pour des enfants très agités ou en situation d’échec.
L’apprentissage des différentes respirations lui permettra d’accéder à un plus grand calme et une maîtrise de soi.

L’entraînement de l’enfant à la sophrologie lui permettra de renouer avec la conscience du corps, ainsi
l’intégration du schéma corporel, développera : la concentration, la motivation, la confiance en lui.
La sophrologie est très utile aux enfants agités, sur-actifs qui apprennent à maîtriser leurs débordements, à être plus conscients d’eux mêmes.

Les enfants timides, angoissés, nerveux et anxieux s’habituent à exprimer leur mal être par la somatisation. Ainsi, grâce aux techniques…

View original post 94 mots de plus

Un accouchement serein grâce la sophrologie

Plébiscitée par les futures mamans, la sophrologie est une méthode de préparation à l’accouchement à part entière. Relaxation, confiance en soi… les bénéfices sont nombreux.

La sophrologie comme méthode de préparation à l’accouchement

Vous pouvez débuter votre préparation à l’accouchement à partir du cinquième ou sixième mois de grossesse. Lors des cours collectifs, dispensés par une sage-femme sophrologue, vous apprendrez à respirer en maîtrisant votre souffle, à vous relaxer et à relâcher toutes les tensions pour atteindre un état de demi-sommeil. Assise ou allongée, vous écouterez la voix de la sage-femme en fermant les yeux. Progressivement, chaque partie de votre corps se détendra.
Dans le cadre d’une préparation classique à l’accouchement, vous bénéficiez de sept séances remboursées par la Sécurité sociale. Renseignez-vous auprès de votre maternité pour savoir si elle propose la sophrologie comme type de préparation.

Les bienfaits de la sophrologie pendant la grossesse

La sophrologie vous aidera dans un premier temps à accepter les changements physiques (prise de poids, fatigue, maux de dos, etc.) et à mieux vivre votre grossesse psychologiquement. En outre, le fait d’avoir imaginé l’accouchement, anticipé de façon positive ce moment unique, vous rendra plus zen le jour J. Vous saurez également mieux gérer la douleur grâce à la respiration. Cela peut s’avérer utile, d’autant plus si vous décidez de ne pas avoir recours à la péridurale. En chassant vos appréhensions et en gardant en tête le bonheur de l’arrivée au monde de votre enfant, votre accouchement sera plus serein.

Sophrologie : un accouchement plus facile ?

Au lieu de vous crisper au moment de l’expulsion, la sophrologie vous aura appris à vous relaxer. Vous saurez comment récupérer calmement entre chaque contraction. La prise de conscience de votre corps vous permettra également de l’oxygéner au maximum et de pousser ainsi plus efficacement, tout en étant détendue. Ainsi relâchée, les phases de travail et d’expulsion seront facilitées.

Source

Stress/Sophrologie : et si respirer, vous faisait du bien ?

Samedi 20 septembre 2014

 Experience d’une sophrologue à Poitier… sur le site de France Bleu

« Il paraît que l’on vit une période stressante ! Et si la sophrologie caycédienne était la solution pour souffler ? A Poitiers, cette pratique mise au point par le Pr Caycedo, un neuropsychiatre colombien, est en train d’exploser. De plus en plus de patients s’y mettent pour sortir d’un quotidien parfois angoissant. Même le milieu médical y a recours en complément des thérapeutiques habituelles. »

 

« A Poitiers, le cabinet d’Evelyne Stomboli ne désemplit pas. Il lui faudrait des journées de 30 heures pour assurer tous ses RDV. Il faut dire qu’avec la crise économique, le chômage, le stress et le poids du quotidien, de plus en plus de poitevins se retrouvent au bord de la crise de nerfs. Il y a ceux qui intériorisent et qui développent un vilain cancer, et d’autres qu’on voit sombrer chaque jour un peu plus dans une inexorable dépression.

C’est ainsi que cette sophrologue caycédienne voit défiler dans son cabinet poitevin, médecins, avocats et profs. Des jeunes femmes enceintes angoissées par leur nouvelle grossesse, des parents d’enfants sureffiscients qui ne savent plus comment canaliser l’énergie débordante de leurs petits « zèbres » (Cf. Enfants surdoués, de Jeanne Siaud-Facchin, chez Odile Jacob, 2012), des sportifs  qui se préparent à une épreuve de haut niveau, mais aussi des femmes de ménage qui élèvent seules leurs enfants et qui cumulent les petits boulots pour joindre les deux bouts. Des gens usés, désabusés ou dépassés tout simplement.

Pour tous ces Poitevins, le cabinet d’Evelyne Stomboli devient un refuge. Le refuge. L’endroit où ils vont se poser et prendre le temps de penser à eux. C’est la touche pause de la télécommande vie.  »

(…)

Voir cet article en intégralité